Nao-Asakura's world

samedi 23 janvier 2016

Macbeth (2015)

Quelle déception, que c'est mauvais... Je réessayerai peut-être un jour où je serai mieux lunée mais je pense que le problème est organique et indissociable du film. Prenez de bons acteurs, donnez leur un texte indigeste, des accents peu crédibles, aucune direction scénique discernable, ajoutez à ça des ralentis infernaux tellement ils n'avaient aucun sens, du vent même en intérieur et une musique tellement lancinante et répétitive qu'elle faisait mal aux dents, et on obtient un truc carrément irregardable. Même avec des sous-titres, c'est à la limite de l'incompréhensible tellement les acteurs récitent, le texte n'a pas pris vie une seule fois en vingt minutes, et j'ai décidé d'arrêter là le carnage.

Posté par nao_asakura à 23:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

jeudi 21 janvier 2016

The Last Witch Hunter (2015)

Par moments, ça puait le gros gros pompage de Night Watch (la catastrophe évitée dans l'avion, le concept de l'équilibre des forces avec les humains ignorant tout au milieu, certains effets visuels comme le collier à pattes qui se transforme en cerbère...).

Michael Caine en figure paternelle protectrice, c'était... déstabilisant, parce qu'on a le sentiment qu'ils crachent un peu sur un truc sacré (Alfred), mais d'un autre côté, ça fonctionne plutôt bien, par nostalgie. Le reste tenait énormément du Constantine, en moins tongue in cheek.

Beaucoup moins d'humour que prévu, au final, je trouve que le trailer induisait pas mal en erreur (après c'était la version tchèque du trailer, peut-être que ça jouait...).

L'un dans l'autre ça se laissait voir, avec quelques scènes visuellement magnifiques (l'arbre à bonbons, les papillons...), et quelques retournements inattendus (je m'attendais à un coup de pute de la part d'un des persos, mais ce n'est pas venu de là où je l'attendais...).

Posté par nao_asakura à 23:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

jeudi 29 octobre 2015

The Eagle (2011)

Ce film n'est qu'une longue fanfiction pleine de sang et de syndrome de Stockholm.

Je suis un peu déçue qu'ils aient pas tenu (l'excellent) whump jusqu'au bout, et que la fin soit un peu mièvre (style fin de Hansel & Gretel, histoire de comparer des oranges et des tomates). Pas mal de passages de bataille rappelaient Alexander (de même que le fond du problème du soldat qui va trop loin pour un idéal, et de sa super bromance), même si là encore, c'est pas comparable (mais plus de la même variété de fruits). Maintenant j'ai envie de le revoir rien que pour ce combat avec les éléphants dans les feuilles mortes (c'est mieux en vrai que dans ma description). Braif. Ce film est une caricature de film, mais c'était diablement plaisant à regarder. Quand on sait que c'est adapté d'un bouquin pour enfants, on comprend la simplicité de la trame (établir la grandeur du héros/le blesser/lui coller un compagnon/le lancer dans une quête impossible/péripéties diverses et variées/succès triomphal). Reste que le retournement de situation sur la fin était bien parlant ; le genre cousu de fil blanc, mais super saisissant quand même, vu qu'on a eu une heure et demi pour s'attacher aux personnages. J'ai bien aimé qu'ils ne révèlent jamais jamais les dernières paroles du père/roi des Seal People. Bien, de garder les secrets, bien.

Posté par nao_asakura à 00:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

lundi 26 octobre 2015

Black Sea (2015)

J'avoue, j'avais complètement oublié que j'avais ce film sur le PC. Et puis la page FB de Cinemax en a fait de la pub, et ça m'a donné envie. J'ai même dû récupérer une nouvelle version tellement la mienne était naze, c'est dire que ça datait...

Un bo
n petit huis clos claustrophobique à souhait, avec un cast mi-russe, mi-britannique, mené par un Jude Law très très en forme (et bien filmé). Je n'ai checké les noms des réalisateur et auteur qu'à la fin du film, où je me suis écrié "mais c'est une tuerie, en fait !". Il s'avère que le réal avait pondu Le dernier roi d'Ecosse (et m'avait traumatisée bien comme il faut au passage), rien que ça.

Et donc, un équipage dépareillé dans un vieux sous-marin tout rouillé, en mission secrète totalement illégale pour aller récupérer de l'or nazi dans un sous-marin russe au fond de la mer Noire. Ouais. Bah c'est juste haletant d'un bout à l'autre.

Pauvre Khabenskii n'a encore une fois pas survécu très longtemps dans un film international, mais il fait quand même mieux que dans World War Z (coupé au montage) et Wanted (crevé en deux secondes). Les personnages sont très cliché (le traître est une belle enflure, le col blanc est un sale crevard, le petit jeune s'en sort et le beau héros torturé se sacrifie après avoir passé tout le film à manquer de tous les faire tuer (mais il avait un trou dans le crâne, donc on lui pardonne). Très belles images, très flippant avec pas grand chose. Comme quoi il est possible de faire un film minimaliste de survie en huis clos sans que ce soit de la grosse soupe.

Posté par nao_asakura à 00:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

mardi 20 octobre 2015

The Martian (2015) en vo avec sous-titres tchèques

Bah... au moins la musique était bien. On va dire.

C'était le truc sur lequel je les attendais le plus, et au final j'ai eu tort de m'en faire pour ça, à peu près tout est raté, approximatif ou juste trop mièvre, mais la musique est bien. Ils se sont payés le luxe de passer Star Man de Bowie en intégralité, quasiment sans aucune interférence, c'était divin. Ils ont gardé le disco, et les morceaux choisis étaient sympas. Mais alors le reste...

Tout est trop rapide, trop simple, trop vite résolu. Il n'y a quasiment pas d'angoisse, de tension, de moments de doute existentiel grave. Le pire moment du livre (l'explosion du sas) est expédié en 2 minutes chrono, avec un peu de scotch et une porte ouverte comme si c'était la porte de la véranda. Non. Non et non et non. Je veux bien admettre qu'il fallait simplifier et raccourcir (encore que je n'aurais pas craché que 4 ou 5 heures de turpitudes de la culture des pommes de terre sur Mars), mais pas ce genre de scène, qui montre l'inventivité et la détermination absolue du personnage.

Egalement décevant au niveau du traitement de la temporalité, la narration éclatée et la gestion des points de vue, qui faisait le fort du livre, au demeurant assez banal dans son écriture. Il y a un décalage immense entre le temps martien et le temps terrien, mais dans le film les communications se font en quasi simultané. C'est ringard et sans prise de risque, à l'image d'à peu près tout dans ce film. Je persiste à penser que la scène entière vue du point de vue de la toile de jute, de sa "naissance" fabrication à sa "mort" aurait été une superbe scène.

Posté par nao_asakura à 23:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

jeudi 13 août 2015

Air (2015)

Meh. Fin en carton, je suis déçue.
Le film en lui-même était regardable, même si pas très original. Un bon petit post-apo en huis clos avec deux personnages et demi, claustrophobique à souhait. Mais la "happy end" moisibus, j'adhère pas.
Au final ça to
urnait un peu en rond, beaucoup trop de longueurs et de questions sans réponse. Le gimmick récurrent du "je regarde un truc hors champ d'un air inspiré" suivi d'une longue pause dramatique était un peu chiant. Après bon, c'est esthétiquement sympa, malgré tout.

Posté par nao_asakura à 23:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :