Nao-Asakura's world

samedi 25 février 2017

Passengers (2016)

Franchement, les gens prennent un peu facilement la mouche de nos jours. J'ai lu des critiques tellement médisantes et malsaines que j'ai failli ne même pas tenter de le regarder. Au final, on sait dès le début, que c'est un gros pourri qui réveille un autre passager pour se tenir compagnie. C'est un secret, certes, mais pas un mystère. Ça sous-tend une bonne partie du film et ça explique les réactions des personnages d'une manière intéressante. Exactement ce que j'espérais voir, en fin de compte.

Tout le début, 1 an et 3 mois tout seul, c'était à la fois triste et drôle - le design du vaisseau est bluffant, et ils ont réussi à refaire en mieux des séquences qui m'avaient horripilé dans Gravity. Le passage à l'acte et le réveil d'Aurora est très bien amené, je trouve. On a de l'empathie pour le personnage qui est tout seul, on comprend son geste, même si on le réprouve d'un point de vue moral extérieur. C'est facile de juger depuis son canapé de toute manière.

L'aspect totalement déshumanisé du vaisseau, des machines qui tombent en ruine les unes après les autres, était très flippant et bien utilisé. La dernière partie en mode survival était super, je me suis rongé les ongles du début à la fin, même si c'était plus ou moins convenu dans la résolution (on avait tous les outils présentés juste avant, il suffisait de s'en servir).

Visuellement, c'est bluffant. Le "suicide" de Jim au début, avec la combi, était superbe.

La réflexion (rapido) sur les raisons de cette émigration était aussi bien vue - ici point de conneries à base de Terre mourante à la Interstellar, c'est surtout une question de pognon. Les différences de classes sociales étaient aussi soulignées, un peu trop rapidement/pas assez finement, mais bon.

Bref, un très bon film, qui ne méritait pas toutes ces médisances, étant donné que le personnage d'Aurora est bien développé et que ses réactions sont toutes, à mon sens, crédibles et compréhensibles. Après forcément, dans un film de 2h, on a moins le sentiment des ellipses, ça n'aide pas.

Posté par nao_asakura à 00:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


dimanche 1 janvier 2017

Dernier train pour Busan (2016)

Je suis restée pour les zombies (il y a un an ou deux, j'avais vu une quinzaine de films de zombies en un mois, une sorte de remise à niveau de ma culture de films de merde), mais franchement, c'était pas fou.

Je me dis qu'il doit y avoir quelque chose de culturel qui fait qu'on n'arrive jamais à adhérer totalement aux réactions des personnages - ou alors c'est juste mal écrit (car j'avais eu la même impression de mollesse et de politesse pénible au début de Cordon, et ça s'était vite dissipé).

L'idée d'un huis clos dans un train, pour un film de zombies, c'est parfait. Mais encore faudrait il que ça reste un huis clos tout du long, là ça hésite beaucoup, narrativement c'est confus.

Les personnages sont intéressants, mais je trouve qu'ils n'ont pas été exploités à fond, dans leurs interactions, dans leur développement. Et pourtant ça durait deux heures, il y avait de quoi. Certains sont à baffer, et il n'y pas vraiment de notion de rédemption ou de vengeance, on reste sur sa faim.

Techniquement, c'était pas totalement dégueulasse, mais bon, les zombies rapides, ça demande de la maitrise qu'ils n'avaient pas. J'ai trouvé marrant (et un peu dommage) que les figurants zombifiés soient tous des hommes jeunes alors qu'il y a clairement de tout dans les passagers.

Posté par nao_asakura à 00:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

vendredi 30 décembre 2016

Spectral (2016)

Après investigation, ce n'est pas un film Netflix, comme je le pensais, mais un film Universal, largué avant la sortie et racheté par Netflix. C'était... plus que pas mal, vu que je m'attendais à une sombre bouse.

13 Hours en moins bourrin, World War Z en plus réaliste... Un téléfilm du samedi, SyFy style, mais avec pas mal de moyens et des acteurs sympas. A un moment, j'ai flippé toute seule en me disant que c'était ça, le futur, qu'un jour on n'arriverait plus à dire ce qui est réel et ce qui est images de synthèse.

Après bon, l'intrigue sonnait comme un vieil épisode de X-Files, et j'ai gloussé plusieurs fois quand l'ingénieur en chef se la jouait MacGyver sur le terrain ("et si j'inverse la polarité..."). Mais au final, cette histoire de zombies fantômes créés par le gouvernement était pas mal bien goupillée.

Quant à savoir ce que Crawford foutait là, mystère. Je sais pas quand ça a été tourné exactement, mais ces muscles, aw, j'avais oublié qu'il faisait plaisir aux yeux. Bref.

Par contre j'ai jamais réussi à déterminer quelle langue ils étaient censés parler... ça se passe en Moldavie, ils parlent russe comme des vaches espagnoles, avec du roumain de temps en temps.

Après enquête, ça a été tourné en 2014.

Posté par nao_asakura à 00:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

jeudi 22 décembre 2016

Deepwater Horizon (2016)

Je m'attendais à bien pire (on ne voit le drapeau américain que trois fois, et une seule prière est récitée), mais ça reste très malsain comme concept. Si ça n'était pas une vraie catastrophe qui est vraiment arrivée, j'aurais pu apprécier davantage je pense. Reste que les 50 premières minutes sont bien menées (personnages appréciables, BP s'en prend plein la gueule, le suspense monte doucement - on sait que ça va péter, on ne sait juste pas quand). Le dernier tiers du film est proprement horrifiant, et quand à la fin le nom de Peter Berg s'affiche, j'ai pensé "ah bah voilà, ça explique tout". Ce mec est trash (et est un fanclub de Mark Wahlberg à lui tout seul), mais on ne peut pas nier qu'il fait des films efficaces.

Posté par nao_asakura à 19:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

dimanche 6 novembre 2016

Lethal Weapon (1987)

Ça a pris un sale coup de vieux quand même. La musique tarte, les plans aériens daubés, les nichons et les clopes, les références à la guerre du Vietnam... C'est un truc du passé.

Pas mauvais, même s'il y a des longueurs, et qu'à chaque fois que je le revois, je me fais chier au même moment (l'échange dans le désert, avec les plans interminables sur les voitures qui approchent), et je m'en veux de m'être fait chier quand ça redevient bien juste après (scène de torture mémorable que j'avais dû voir à un âge pas du tout acceptable à l'époque, en tout cas ça m'avait marquée...).

Bref, c'était cool, et maintenant j'ai envie de faire des gifsets comparatifs, car il y a de beaux hommages/parallèles dans la série.

Posté par nao_asakura à 00:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

vendredi 21 octobre 2016

Mr. Right (2015)

C'est un peu comme si quelqu'un avait décidé d'écrire une comédie romantique pour... moi, personnellement.

Déjà, il y a Sam Rockwell, un de mes favoris de jeunesse. Sauf qu'au lieu d'avoir un boulot à la con, il est tueur en gages, mais en plus, il ve
ut arrêter, et il est pourchassé par ses anciens employeurs (John Wick anyone?). Il est trop chou, il dit toujours la vérité, et il bute des méchants divinement.

Vous me direz, et la comédie, et le romantisme dans tout ça ? Bah... contrairement à ce que pensais, j'aime beaucoup Anna Kendrick. Elle est chou et décalée et ils vont tellement bien ensemble d'une manière meurtrière et si malsaine... Ça aide que le personnage ne soit pas écrit avec les pieds, et qu'elle ne soit pas que la damsel in distress (j'aurais kiffé qu'elle le sauve, à la fin, mais non, ce rôle revenait à Steve, autre superbe personnage).

Autres points positifs : ça se passe à la Nouvelle Orléans, la musique est chouette comme tout, et j'ai ricané du début à la fin.

Oh cool, l'auteur est celui qui a fait American Ultra (j'ai préféré Mr. Right du coup, car Rockwell > all), et le remake US de Dirk Gently... ça promet !

(On dit merci Tumblr pour les gifsets qui m'ont bien donné envie, sinon j'aurais jamais osé un truc avec Kendrick XD)

Posté par nao_asakura à 19:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,