"On lui demandait si les vivants étaient plus nombreux que les morts. Anacharsis répondait : 'Mais d'abord, ceux qui sont sur mer, dans quelle catégorie les rangez-vous ?'"

 

Je viens (enfin) de terminer Les Trois vies d'Antoine Anacharsis d'Alex Cousseau. Ce livre est très curieux, au final. Le début est une des plus belles choses que j'ai lues depuis des années. J'ai chialé absolument sans raison sur plusieurs passages, parce que le pouvoir des mots étaient insoutenable. Pur, beau, parfait. La deuxième vie est plus cruelle, plus engagée et nettement moins bien écrite. L'histoire est prenante, mais c'est juste pas aussi saisissant. La troisième vie est amère et plein d'inachevé, comme la fin. Parce qu'on ne raconte pas l'intégralité d'une vie, mais c'est tout de même frustrant. Parce qu'il n'a pas trouvé son trésor, même si ça ne compte plus, en dernier lieu. Parce que j'avais envie que ça continue un peu, juste un peu.