Night of the Living Dead (1968)

Ah cette fin en mousse, quel plaisir.

Franchement, tout le début c'était dur à supporter tellement la Barbra jouait maaaaaal, et tellement tout était vieux et cheap. Mais plus ça progresse, plus c'est sympa, ya même un peu de rythme sur la fin, et quelques scènes bien crades. Bon usage du feu, ça manque dans The Walking Dead XD

Après... bon, j'avoue, j'ai déliré toute seule dans mon coin à faire des parallèles avec Welcome to Night Vale et The Walking Dead. C'est toujours intéressant de voir l'origine d'un genre, parce que tout est forcément repris plus tard, transformé ou juste transposé. Et le fait que ça ait presque 50 ans n'y change pas grand chose.

NightOfTheLivingDead

Dawn of The Dead (1978)

10 ans et beaucoup plus de moyens, on sent de suite la différence, rien à dire. J'avais vu la fin du remake, mais celui-là est vraiment excellent. Le ratio comédie/horreur est sympa, les effets spéciaux sont funky mais ça reste bien horrible. Un chouette huis clos, de chouettes personnages, une fin bien cool. (En passant, le potentiel whump/slash est over the top, c'était merveilleux.)

dawn of the dead

Day of the Dead (1985)

Et le 3e volet de la trilogie. Bon sang que c'était génial. Mention spéciale pour m'avoir fait peur en deux minutes avec la scène d'ouverture, j'avais pas fini de m'installer complètement que j'étais déjà traumatisée pour la soirée.

Ce film est juste c
oncrètement excellent, et je sais pas pourquoi comment je l'avais jamais vu jusque là. Trop vieux/trop gore, probablement ; ya jamais eu un moment où j'ai eu le bon âge pour le voir et où il est passé à la télé. C'était un bel exemple de ce que je surkiffe dans les films des années 80 : l'époque où on a des personnages féminins totalement badass. Sarah, au début, c'est une espèce de mini Sarah Connor version Terminator 2. En moins baraquée et en plus scientifique, mais yah quoi.

Le méchant, le captain Rhodes, il aurait fait un tellement bon Governor, c'était dantesque. Et que dire du scientifique foufou et de son zombie affectueux. Énorme.

Ya tout dans ce film. Absolument tout ce qu'on veut, tout ce qu'on verra par la suite, dans les autres films de zombies, dans les films sans zombies, dans les œuvres de Kirkman et consorts. Pour chaque scène, j'avais au moins deux exemples de reprises. C'est juste superbe.


Et la musique. Mandieu les trips que je me suis tapée à cause de Damon Albarn, le petit salopiaud. Dans deux albums de Gorillaz, sur au moins trois chansons, il y a des bouts de bande-son de ce film et du précédent. Juste flippant à souhait.

(Et au rayon slash, je shippe John/McDermott, mais visiblement tout le monde dans le film aussi, donc ça va.)