Bon, je vais proférer une énormité, mais ce film m'a presque fait regretter que cette rumeur d'adaptation live de Cowboy Bebop n'ait jamais abouti. Presque.

C'était un film très très chelou. Plein de second degré et de nawak dans tous les sens. Mais l
e bon nawak, celui qui fait bien marrer.

J'ai repensé successivement à The Boondock Saints (en moins drôle et plus lourdingue, mais il y avait des plans empruntés tels quels), puis à Banshee (la musique était un copié collé, c'était perturbant, en moins sanglant (encore que) et sans les scènes de cul - yavait même les pseudos Russes et les tatouages d'araignées, fun fun. On aurait dit un film pour ados écrit par un ado, qui s'éclate, avec sa logique interne, débile mais... bizarrement logique.) Et pour finir, toute cette pluie, tous ces combats idiots, ça m'a fait penser à Cowboy Bebop (avec moins de cigarettes, de jazz et de vaisseaux spatiaux, mais quand même).


Le film en lui-même est con. Mais il est conscient de cet état de fait, il en joue d'un bout à l'autre, ce qui fait que ça devient marrant. Les blagues récurrentes, tous les guests sortis d'on ne sait où (Ian McShane en patron d'hôtel pour gangsters, John Leguizamo qui pour une fois ne crève pas, Willem Dafoe étal à lui-même, c'est-à-dire très cool, Clark Peters de Treme perdu au milieu de tout ça...) Du grand n'importe quoi.


Et donc, des combats orchestrés au millimètres, on se serait crus dans un jeu vidéo de shoot. Un héros qui RECHARGE sa putain d'arme. De la tension, de l'humour nul, un méchant fort cool (Michael Nyqvist en pseudo Russe qui parle autant russe que moi, mais on lui pardonne parce que le personnage était hilarant de flegme et de fatalisme).

 

john wick