C'était vraiment bien chelou, limite plus que ce que je pensais. Et juste quand je me disais que ça aurait pu prendre une tournure bien plus dramatique, ce mec dépressif qui pète un plomb et se retrouve pris en otage d'une marionnette... ça prend pour de bon une tournure dramatique. Enfin j'aurais dû le voir venir.

Bref, je ne savais pas que c'était écrit par Kyle Killen, peut-être que je l'aurais vu plus tôt, sinon - ce type est prometteur, dans l'écriture de la folie et de la tristesse, il est vraiment doué.

Tout le monde joue admirablement bien, c'était crédible du début à la fin, chose que ne laissait pas du tout présager le synopsis. Mais bon, je ne suis pas du tout objective, Mel Gibson joue tellement bien les dépressifs (je voyais Martin Riggs ressurgir parfois, sous les rides...), et Jennifer Lawrence est tellement parfaite (amoureuse *o*) ; Anton Yelchin faisait beaucoup penser à Elijah Wood, par moments - ou alors c'est le concept de la marionnette qui me rappelait Wilfred, je ne sais pas.

Plus j'y pense, plus c'était vraiment très bien écrit en fait ; tous les parallèles entre le père et le fils étaient plus subtils qu'on y pense.