Bah... au moins la musique était bien. On va dire.

C'était le truc sur lequel je les attendais le plus, et au final j'ai eu tort de m'en faire pour ça, à peu près tout est raté, approximatif ou juste trop mièvre, mais la musique est bien. Ils se sont payés le luxe de passer Star Man de Bowie en intégralité, quasiment sans aucune interférence, c'était divin. Ils ont gardé le disco, et les morceaux choisis étaient sympas. Mais alors le reste...

Tout est trop rapide, trop simple, trop vite résolu. Il n'y a quasiment pas d'angoisse, de tension, de moments de doute existentiel grave. Le pire moment du livre (l'explosion du sas) est expédié en 2 minutes chrono, avec un peu de scotch et une porte ouverte comme si c'était la porte de la véranda. Non. Non et non et non. Je veux bien admettre qu'il fallait simplifier et raccourcir (encore que je n'aurais pas craché que 4 ou 5 heures de turpitudes de la culture des pommes de terre sur Mars), mais pas ce genre de scène, qui montre l'inventivité et la détermination absolue du personnage.

Egalement décevant au niveau du traitement de la temporalité, la narration éclatée et la gestion des points de vue, qui faisait le fort du livre, au demeurant assez banal dans son écriture. Il y a un décalage immense entre le temps martien et le temps terrien, mais dans le film les communications se font en quasi simultané. C'est ringard et sans prise de risque, à l'image d'à peu près tout dans ce film. Je persiste à penser que la scène entière vue du point de vue de la toile de jute, de sa "naissance" fabrication à sa "mort" aurait été une superbe scène.